Le cessez-le-feu de rebelles M23 au Congo – Kinshasa a échoué

m23 soldat rdc

Le cessez-le-feu entre les troupes de la République démocratique du Congo et les rebelles du M23 qui devait entrer en vigueur immédiatement lundi a échoué car différentes parties ont fait leur propre interprétation des résolutions du conclave des chefs d’État de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC).

Les chefs d’Etat de l’EAC se sont mis d’accord lundi sur un cessez-le-feu immédiat dans l’est de la RDC et sont convenus que les rebelles commencent à se retirer de leurs positions capturées.

Mais hier soir, les rebelles du M23 ne s’étaient toujours pas retirés de la ville frontalière de Bunagana, qu’ils ont capturée la semaine dernière.
Au lieu de cela, le groupe rebelle, que le gouvernement de la RDC accuse d’être soutenu par le Rwanda, a mené hier une offensive sur la ville de Kitagoma, un autre passage frontalier clé entre l’Ouganda et le Congo, mais ils n’ont pas réussi à le capturer.

Le major Willy Ngoma, le porte-parole des rebelles du M23, a déclaré hier lors d’un entretien téléphonique qu’ils continueraient à détenir le territoire capturé.
Il a également déclaré que leurs dirigeants se réuniront pour discuter de la résolution prise par les dirigeants de l’EAC.


« Nous sommes toujours en charge de cette zone. Nous publierons bientôt un document écrit en réponse aux ordres émis par les chefs d’État de la Communauté de l’Afrique de l’Est », a déclaré le major Ngoma.

Le groupe M23 a ensuite publié une déclaration mais n’a pas précisé s’il était attaché à toutes les résolutions prises par les chefs d’État de l’EAC.
Le groupe a plutôt déclaré qu’il était engagé dans un processus pacifique de résolution du conflit.
Quelques heures après la signature de l’accord, le président de la RDC, Félix Tshisekedi, a utilisé sa plateforme de médias sociaux pour indiquer que la force régionale sera déployée dans des semaines dans l’est de la RDC, mais qu’elle ne comprendra pas de soldats rwandais.

« Placée sous le commandement militaire du Kenya, cette force devrait être opérationnelle dans les prochaines semaines et ne devrait pas inclure en son sein des éléments de l’armée rwandaise », a tweeté lundi soir le président Tshisekedi.
Le troisième conclave a réuni les présidents Yoweri Museveni de l’Ouganda, Tshisekedi de la RDC, Uhuru Kenyatta du Kenya, Évariste Ndayishimiye du Burundi, Paul Kagame du Rwanda et Salva Kiir du Soudan du Sud, tandis que Samia Suluhu Hassan de la Tanzanie était représentée par le Haut-Commissaire John Steven Simbachawène.


Le communiqué publié par le président Kenyatta, qui est le président de l’EAC, n’a pas indiqué quel pays ferait partie de la force régionale qui sera déployée dans l’est de la RDC.

La semaine dernière, le ministre d’État rwandais aux affaires étrangères, le professeur Manasseh Nshuti, a déclaré que leurs militaires devaient faire partie de la force régionale qui sera déployée dans l’est de la RDC, car ils y ont des intérêts comme tout autre membre de l’EAC.


Les décisions du troisième conclave ne sont pas contraignantes pour les États partenaires. Le traité de l’EAC, en vertu des articles 124 et 125, permet la coopération entre les États partenaires sur les affaires de défense et le terrorisme. Les deux articles permettent aux États partenaires de coopérer en matière de défense et de lutte contre le terrorisme. 
 
Le président Tshisekedi a publié une déclaration hier, affirmant qu’il n’avait signé aucun accord lors du conclave à Nairobi, au Kenya, et que son pays avait toujours les mêmes positions sur le Rwanda et les rebelles du M23 qu’avant la réunion.  
Les dirigeants rwandais, qui ont assisté au conclave, et les médias d’État rwandais n’ont rien publié sur les résolutions du conclave de Nairobi, comme ils le font souvent après avoir eu des réunions diplomatiques réussies.

Implication
Le blocage de la frontière de Bunagana par les rebelles du M23 a de graves conséquences économiques pour les économies ougandaise et kenyane puisque c’est la principale route qu’ils utilisent pour transporter des marchandises d’une valeur de plus de 2 billions de shillings par an vers et depuis l’est de la RDC. Le projet ougandais de construction de la route Bunagana-Goma de plusieurs milliards de dollars, censé changer la donne à l’exportation, a également été perturbé par les combats.

A RETENIR

Les chefs d’Etat de l’EAC se sont mis d’accord lundi sur un cessez-le-feu immédiat dans l’est de la RDC et que les rebelles commencent à se retirer des positions capturées.