Les institutions africaines lancent un système de transfert de crédits étudiants

etudiants

Les étudiants universitaires en Afrique peuvent désormais transférer des crédits via le système africain de transfert de crédits (ACT) qui a été créé pour rapprocher les établissements d’enseignement supérieur africains et promouvoir la libre circulation des étudiants à travers le continent.

Actuellement, les systèmes d’enseignement supérieur sur le continent sont trop diversifiés pour permettre le transfert des étudiants d’une région à une autre ou d’un établissement à un autre, ce qui entraîne un manque de reconnaissance des diplômes universitaires. Cela a limité l’intégration académique et la mobilité des étudiants dans la région.

« Cela est dû à l’absence d’un outil fiable pour mesurer les résultats des étudiants de manière transparente ainsi qu’à l’absence de systèmes définis permettant une reconnaissance adéquate des diplômes et autres titres entre les établissements et entre les pays », indique le cadre ACT développé par l’African Syndicat.

« Un système commun de transfert de crédits qui peut être reconnu et transféré aux niveaux national, régional et continental est primordial pour faire progresser l’harmonisation des systèmes d’enseignement supérieur en Afrique », indique le cadre.

L’Union africaine considère l’ACT comme un moyen de promouvoir l’intégration.

L’ACT a été lancé récemment à Abidjan, en Côte d’Ivoire, lors de la réunion du Conseil consultatif de l’assurance qualité et de l’accréditation de l’enseignement supérieur africain et a réuni plus de 400 établissements d’enseignement supérieur, membres de l’Association des universités africaines (AUA).

« Le lancement d’un système ACT est une étape majeure pour les établissements d’enseignement supérieur africains. La vision de l’AUA est de favoriser un système d’enseignement supérieur qui produit des diplômés de qualité pour stimuler le développement en Afrique », a déclaré le secrétaire général de l’AUA, le professeur Olusola Oyewole.