Les combats avec les rebelles reprennent à l’Est de la RDC alors qu’un soldat congolais est tué à la frontière du Rwanda

rdc soldat congo

GOMA, République démocratique du Congo, 17 juin (Wazakin.com) – La police rwandaise a tiré et tué vendredi un soldat congolais qui avait traversé la frontière et tiré sur les forces de sécurité, a déclaré l’armée rwandaise, alors que les combats s’intensifiaient à 50 km (30 miles) entre l’armée congolaise et les rebelles, dit-il, sont soutenus par le Rwanda.

Les voisins centrafricains sont enfermés dans une crise diplomatique depuis que les rebelles du M23 ont lancé une offensive majeure dans l’est de la République démocratique du Congo le mois dernier.

Le Rwanda dément les allégations du Congo selon lesquelles il soutient la guérilla, dont les dirigeants sont issus du même groupe ethnique tutsi que le président rwandais Paul Kagame, ou qu’il a envoyé des troupes dans l’est du Congo.

Alors que les combats reprenaient entre les rebelles et l’armée congolaise vendredi, des combattants du M23 ont abattu un hélicoptère militaire congolais, selon le porte-parole du M23 Willy Ngoma et une source de l’armée congolaise.

L’incident à la frontière s’est produit plus tôt vendredi lorsqu’un soldat congolais est entré au Rwanda depuis la ville congolaise de Goma et a tiré avec un fusil AK-47 sur le personnel de sécurité rwandais et des civils, a indiqué les Forces de défense rwandaises (RDF).

Deux policiers rwandais ont été blessés avant qu’un officier de service ne riposte au soldat, qui a été tué à 25 mètres à l’intérieur du Rwanda, selon un communiqué des RDF.

Le gouvernement congolais a déclaré qu’il surveillait la situation mais n’a pas fourni de détails sur l’incident. Il a ordonné la fermeture de la frontière avec le Rwanda chaque jour à 15 heures à partir de vendredi, plusieurs heures plus tôt que d’habitude.

SENTIMENT ANTI-RWANDA

A Goma, à environ 50 km au sud-ouest des principaux combats, des centaines de personnes à pied et à moto ont suivi l’ambulance transportant le corps du soldat en scandant « héros, héros ». Certains ont crié des slogans anti-tutsi et ont qualifié Kagame d’« assassin ».

Le sentiment anti-rwandais au Congo est répandu, héritage des deux invasions rwandaises de l’est du Congo dans les années 1990 et de l’influence continue dans la région. Le Rwanda affirme que ses actions ont ciblé des miliciens de l’ethnie Hutu responsables du génocide de 1994 de plus de 800 000 Tutsis et Hutus modérés.

Le M23 mène son offensive la plus soutenue depuis la capture de pans entiers de territoire dans l’est du Congo en 2012-2013.

Le groupe a capturé la ville de Bunagana, à la frontière avec l’Ouganda, plus tôt cette semaine et a fait de nouveaux gains vendredi, prenant la ville de Tshengerero à l’est et abattant l’avion de l’armée, a déclaré son porte-parole Ngoma.

« L’armée a fui et l’hélicoptère a commencé à nous bombarder. Alors nous avons tiré dessus et nous l’avons eu », a-t-il dit.

Le chef d’un groupe de la société civile locale et un officier congolais ont confirmé la capture de Tshengerero.

Dans un communiqué, le gouvernement congolais a appelé le Premier ministre britannique Boris Johnson à faire pression sur le Rwanda pour qu’il retire ses troupes du Congo avant un sommet du Commonwealth, que Kigali accueillera la semaine prochaine.

Il s’est également félicité d’une proposition du Kenya de déployer une force militaire conjointe d’Afrique de l’Est dans l’est du Congo – Kinshasa, mais a déclaré qu’il n’accepterait pas la participation du Rwanda. 

La porte-parole du gouvernement rwandais, Yolande Makolo, a déclaré aux journalistes que le Rwanda fournirait des troupes à la force régionale et a appelé au dialogue avec le Congo – Kinshasa.