Le Burundi a secrètement envoyé des troupes en RD Congo sans autorisation

burundi armée

Le Burundi a secrètement envoyé des centaines de soldats et des membres d’une milice de jeunes en République démocratique du Congo voisine depuis la fin de 2021 pour combattre un groupe rebelle armé, a déclaré mercredi un groupe burundais de défense des droits de l’homme.

La principale cible de l’opération est la RED-Tabara, a déclaré l’Initiative burundaise des droits de l’homme, faisant référence au plus actif des groupes rebelles, considéré comme une organisation terroriste par le gouvernement burundais.

Le Burundi a toujours nié avoir mené des opérations secrètes, affirmant n’avoir agi que dans le cadre d’opérations conjointes de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC), de l’Union africaine ou des Nations unies.

Le Burundi fait partie d’une force régionale convenue par l’EAC en juin pour combattre la myriade de groupes rebelles impliqués dans une recrudescence de la violence dans l’est de la RDC qui a pris au piège les pays voisins.

« Plusieurs centaines de soldats burundais et d’Imbonerakure – plus de 1 000 – se seraient rendus en RDC par vagues successives depuis fin 2021 », a indiqué le BHRI dans un rapport.

Les Imbonerakure sont membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir CNDD-FDD du président Evariste Ndayishimiye.

« Depuis plus de 10 ans, les soldats burundais et les Imbonerakure ont périodiquement cherché à traquer les groupes d’opposition armés burundais en RDC », a déclaré le BHRI.

« Mais l’opération actuelle est d’une ampleur et d’une durée différentes », a-t-il indiqué, ajoutant qu’environ 700 personnes étaient estimées sur le sol de la RDC au début du déploiement en décembre.

Le groupe de défense des droits, basé à l’étranger, a déclaré avoir recueilli des témoignages de soldats, de proches et de membres des partis au pouvoir et de l’opposition.

Il a déclaré qu’il n’était pas en mesure de confirmer le nombre exact de troupes ou d’incursions, bien qu’il ait signalé que le Groupe d’experts des Nations Unies avait recueilli des informations sur 17 incursions dans la région d’Uvira entre septembre de l’année dernière et mars.

« Certains soldats reçoivent l’ordre d’échanger leurs uniformes militaires contre des vêtements civils et de laisser derrière eux des biens qui pourraient les identifier », a déclaré le BHRI. 

Le rapport indique que ceux qui reviennent ont été avertis de ne pas parler de leur mission, et peu ou pas d’explications sont données aux familles de ceux qui sont morts sur le champ de bataille.

Il a indiqué que certains Imbonerakure se sont mis en colère contre le traitement qu’ils ont subi pendant l’opération militaire, certains affirmant qu’ils avaient le sentiment d’avoir été trompés ou abandonnés.

En mai, Ndayishimiye s’était dit prêt « à dialoguer » avec les rebelles burundais en RDC, notamment RED-Tabara et les Forces nationales de libération (FNL).

Fondée en 2011, RED-Tabara est accusée d’une série d’attentats au Burundi depuis 2015. 

En septembre, il a revendiqué l’attentat contre l’aéroport international de Bujumbura, la capitale économique du pays.