Le Zimbabwe autorise la vente de cannabis médical pour la première fois

cannabis

Le Zimbabwe a ouvert la voie à la vente de produits médicaux à base de cannabis pour la première fois alors que le pays d’Afrique australe envisage une industrie évaluée à 1,25 milliard de dollars.

Le contrôle des médicaments du Zimbabwe (MCZ) a ouvert des candidatures pour les producteurs, fabricants, importateurs, exportateurs et pharmaciens détaillants de cannabis et de chanvre.

La nation criblée de dettes est devenue l’un des premiers pays africains à légaliser le cannabis en 2018, mais peu de choses ont été faites depuis pour permettre la production commerciale de la drogue.

Le MCZ a maintenant publié des réglementations qui guideront les investissements dans le secteur alors que le pays, sanctionné par l’Occident, mise sur le marché mondial croissant du cannabis.

Le pays, qui est l’un des principaux producteurs de tabac au monde, envisage de passer de la feuille d’or au cannabis alors que le lobby mondial de l’interdiction du tabac continue de prendre de l’ampleur.

Les acteurs de l’industrie ont fixé pour objectif aux producteurs de tabac de s’assurer que le cannabis contribue à un quart de leurs revenus d’ici 2025.

L’année dernière, le pays a gagné 819 millions de dollars grâce aux exportations de tabac, ce qui en a fait l’un des plus gros pourvoyeurs de devises étrangères du Zimbabwe.

Le Zimbabwe a aboli l’interdiction de la culture du cannabis à des fins commerciales en 2019 et a accordé la première licence pour la production de cannabis médical la même année.

Le pays a exporté 30 tonnes de chanvre industriel vers la Suisse l’année dernière.

Le président Emmerson Mnangagwa May a mis en service cette année une ferme et une usine de transformation de cannabis médical de 27 millions de dollars appartenant à Swiss Bioceuticals Limited.

À l’époque, il a révélé que 57 entités avaient obtenu des licences de production de cannabis et 15 d’entre elles étaient déjà opérationnelles.

Les partisans de l’utilisation de produits à base de cannabis affirment qu’ils peuvent être utilisés pour traiter la douleur chronique, l’inflammation, les migraines, l’épilepsie, la dépression et l’anxiété, entre autres affections.

L’usage du cannabis à des fins récréatives reste interdit au Zimbabwe et des milliers de personnes ont été arrêtées cette année pour avoir cultivé illégalement la culture alors que le pays tente de lutter contre la toxicomanie endémique chez les jeunes.